Michaël BARDAY Psychologue Clinicien 43 rue d'Assas 07 69 46 50 73 75006 Paris
                   Michaël BARDAY                                     Psychologue Clinicien                                                            43 rue d'Assas                                            07 69 46 50 73                                                                       75006 Paris                                                                                                                                                                                                                                                                      

Voici un article intitulé "L'objet transitionnel, entre illusion et réalité"au sujet d'un psychanalyste Donald Woods Winnicott ayant eu beaucoup d'influence sur la thérapie des enfants. Cette article est paru dans la revue Le Point Références intitulée "La psychanalyse après Freud" (septembre octobre 2013).

 

Si le Britannique Donald Woods Winnicott (1896 -1971), disciple de Freud comme de Melanie Klein (cf. p. 30), aborde le traitement des enfants comme pédiatre, son approche nouvelle de la relation d'objet, du self (soi) et du jeu font de lui l'un des théoriciens majeurs de la psychanalyse des enfants. Au premier rang des notions qu'il élabore figure celle d'« aire transitionnelle », zone intermédiaire entre le fantasme et la réalité, où l'enfant peut expérimenter sa créativité et commencer à découvrir ce qui existe par-delà son moi.

Si Freud oppose parfois frontalement réalité psychique interne et réalité externe, principe de plaisir et principe de réalité, mais également narcissisme* primaire et amour d'objet*, Winnicott s'efforce, tout au long de ses écrits, de penser un état intermédiaire permettant le passage de l'un à l'autre de ces termes. Comme il l'explique dans le texte ci-contre, publié en 1958, il utilise la notion d'« objet transitionnel » pour désigner le « doudou », bout de chiffon ou morceau de couverture pour lequel l'enfant, lorsqu'il découvre la zone érogène orale*, éprouve un attachement distinct de la seule satisfaction pulsionnelle.

Objets et phénomènes transitionnels adviennent dans une aire que sa position intermédiaire livre à une série de paradoxes. Situés entre le dedans et le dehors, l'espace intérieur et l'interpersonnel, ces objets et phénomènes ne sont ni conçus subjectivement, ni perçus objectivement. Première « possession non-moi » de l'enfant, l'objet transitionnel n'est pas objet interne à la manière dont l'entend Melanie Klein, ni objet du monde extérieur. Il permet à l'enfant de passer d'un univers magique de contrôle tout-puissant à la reconnaissance d'une réalité qui diffère de son monde imaginaire.

 

LE MONDE À PETITES DOSES

 

C'est dans l'espace d'une « aire d'illusion » que sont constitués les objets et phénomènes transitionnels. Ressentant la faim, le nourrisson, qui ignore la différence entre fantasme et réalité, est prêt à imaginer une source de satisfaction hallucinatoire de ses besoins. Lorsqu'une « mère suffisamment bonne » y répond, en plaçant le sein là où il est attendu, l'enfant entre dans une aire d'illusion où il croit avoir lui-même créé celui-ci. Objets et phénomènes transitionnels viennent prolonger l'illusion que ce qui est désiré est à la fois créé et trouvé. Dans cette « aire potentielle » qu'elle partage avec son enfant, la mère devra lui dispenser des soins corporels adéquats, mais aussi lui présenter le monde « à petites doses », progressivement agrandies, pour ne pas le plonger dans la confusion. Ayant favorisé ainsi en lui l'illusion que le monde peut être créé à partir du besoin et de l'imagination, elle oeuvrera ensuite à un travail de désillusion. Objets et phénomènes transitionels viennent témoigner du bon déroulement de cet apprentissage de l'illusion et de la réalité dans lequel la mère accompagne son enfant.

Cette « troisième aire objets » propre aux objets et phénomènes transitionnels se prolonge dans le jeu

(playing), où l'enfant manipule des

phénomènes extérieurs tout en les investissant de significations et de sentiments propres à sa réalité psychique imaginaire. Elle est élargie par Winnicott à toute l'expérience culturelle, à l'art, à la religion, à l'imaginaire et à la création scientifique. Enfin, c'est dans l'aire transitionnelle que Winnicott situe l'essentiel des échanges entre analyste et patient, définissant l'espace de la psychothérapie comme le lieu où leurs deux aires de jeu se chevauchent. 

Voici une vidéo du psychanalyste Tobie Nathan qui évoque l'importance du rêve et de son interprétation !

Coordonnées

Michaël BARDAY

43 rue d'Assas

75006 Paris

 

 

Pour me joindre ou prendre rendez-vous, veuillez m' appeler au :

 

07 69 46 50 73